Notre bon Monsieur PUJOL aimerait tant qu’il n’y ait plus personne en cœur de ville !

Notre bon Monsieur PUJOL aimerait tant qu’il n’y ait plus personne en cœur de ville !

19 août 2019 Non Par Clotildefont

Notre bon Monsieur PUJOL a eu l’idée qu’il pense géniale de considérablement augmenter le tarif du stationnement de surface depuis le 1er janvier 2018. Tous les Perpignanais subissent cette mauvaise idée de notre bon Monsieur PUJOL.

Mais il est bon de remarquer qu’en plus en donnant la gestion du stationnement concédée à une société privée, le maire, notre bon Monsieur PUJOL a aussi multiplié les occasions pour cette entreprise de nous infliger des amandes.

C’est bien sur « gravissime » pour plusieurs raisons.

D’abord parce que le cœur de ville depuis le 1er janvier 2018 s’est vidé des passants au grand dam des commerçants qui constatent que leur zone de chalandise est ultra pénalisée. Et quand les commerçants parlent de ce constat à notre bon Monsieur PUJOL il leur répond sans sourciller et plein d’assurance que sur ce sujet « tout le monde se trompe » sauf lui bien sûr, qui assure péremptoirement que la durée moyenne de stationnement à Perpignan est d’environ 45 minutes.

Comment pouvoir accepter cette affirmation qui est en totale contradiction avec celle qui découle du constat de simple bon sens qui veut que plus quelqu’un reste longuement en ville, plus il est probable qu’il y consomme davantage.

Mais sans aucune gêne notre bon Monsieur PUJOL ne s’arrête pas là.  En plus maintenant pour affiner cette traque systématisée au stationnement il applique de nouvelles méthodes de pointe technologique. Il est à la pointe de la nouveauté technologique répressive anti stationnement.

Lui qui par nature est plutôt réactionnaire et inactif, il ose une prise de risque en s’équipant de cette nouvelle technologie répressive anti stationnement.  Le seul but bien sûr est de prélever encore un peu plus d’argent dans votre poche.

Son dernier exploit est d’avoir fait venir à Perpignan une voiture armée de multiples caméras et appareils photos sur son toit.  Cette merveille de modernité qui sillonne les rues en ville permet le double exploit municipal, verbaliser à la fois très efficacement et très vite. Un engin véritablement redoutable.

Voyez en la photo ci-dessous

Alors que les Perpignanais sont en prise avec les pires difficultés socio-économiques, et alors que le commerce de cœur de ville qui souffre des contraintes de stationnement imposées depuis janvier 2018 se meurt peu à peu, notre bon Monsieur PUJOL n’a qu’un souci en tête, verbaliser plus pour prendre encore plus d’argent aux Perpignanais.

Il faut vraiment qu’aux prochaines élections municipales nous nous débarrassions de notre bon Monsieur PUJOL

Clotilde FONT